Longueur des métas-descriptions : de nouvelles évolutions

Ecrit par:
04-07-2018

Google fait évoluer les affichages des méta-descriptions

meta%20description%20html.jpgPeut-être l’avez-vous remarqué depuis quelques semaines, la SERP (page de résultats d’un moteur de recherche) Google a tendance à se montrer moins loquace lors de certaines recherches. Pour mémoire, début 2018, Google avait alors augmenté les limites des méta-descriptions1, en passant à 320 caractères.

Or, depuis peu, si vous avez effectué une recherche et que vous avez prêté attention aux résultats, vous avez pu observer un raccourcissement drastique des descriptions affichées.

Pour exemple la recherche « évolution métas description » nous retourne :

evolution-metas-description.JPG

Flagrant, une liste de résultat concis, tronqués pour la plupart. Dès lors, on aurait tendance à penser : « Google a raccourci les tailles des méta-descriptions ».

Oui mais non. 

Pour aller plus loin, on teste avec une requête plus complexe, plus longue afin de vérifier ce qu’en pense notre moteur de recherche préféré. Par exemple « changement méta en fonction des requêtes changement durant mai 2018 » :

meta%20description%20serp%202_0.png

On note que les longueurs affichées semblent répondre à d’autres critères que la simple limite du nombre de caractères. Ce ne sont d’ailleurs pas forcément les descriptions des pages qui sont présentées, mais assez régulièrement des extraits du texte, que Google semble préférer, trouvant sans doute que ceux-ci sont plus représentatifs du contenu proposé.

Une nouvelle évolution vers la recherche vocale ?

Peut être bien, si l’on y pense, un internaute formulant une demande sur son ordinateur, chez lui, aura probablement tendance à exprimer celle-ci d’une manière complètement différente d’une formulation vocale, ce n’est plus un secret.

Mais quid de la réponse ? On imagine bien, comme dans nos échanges habituels, que celle-ci s’adapte au ton mais également à l’aspect succinct (ou non) de la demande initiale.

Dans le cas présent, il semble que le pas soit encore un peu plus marqué, avec une adaptation un peu plus prononcée des réponses en fonction de la complexité des requêtes formulées. On imagine facilement que prochainement, les extraits longs pourraient être utilisés pour donner des informations vocales.

Faut-il changer ses méta-descriptions ?

Si votre site dispose de peu de pages et que vous avez le temps de faire ces modifications, pourquoi pas ? Mais finalement Google affiche-t-il celles-ci lors de l’apparition de votre site dans les pages de résultats ?

Dans le cas d’un site de taille plus imposante, disposant de milliers de pages, compte tenu de la somme de travail à fournir, quel est le ROI de la modification ? 

N’est-il pas plus intéressant d’optimiser son contenu pour une meilleure compréhension par les moteurs de recherches puisque désormais, ceux-ci choisissent la longueur et la cohérence des descriptions proposées ?

Le contenu reste roi, puisque c’est lui le descripteur (et prescripteur) de la qualité de vos produits ou services. Le positionnement et la compréhension de vos pages sont des éléments de travail probablement tout aussi importants et porteurs que la description que vous en faites.

Gageons que dans un avenir très proche, l’analyse et la compréhension des sites favoriseront encore davantage les aspects soulevés par ces modestes changements. Il est plus que jamais indispensable de développer les aspects éditoriaux des sites internet : être didactique, faire preuve d’expertise, répondre aux multiples besoins et questions sous toutes leurs formulations.

Dans les résultats des moteurs de recherche, il s’agit des descriptions des pages, présentes en dessous du titre