Retour sur le salon E-Commerce 2015

Publié le 28 septembre 2015

L’édition 2015 du salon E-commerce qui s’est tenue à la porte de Versailles du 21 au 23 septembre vient de fermer ses portes. Au programme, près de 450 exposants répartis en quatre zones dédiées (technologies, logistics, customer experience et digital marketing), 300 prises de paroles et conférences et une cérémonie « les E-Commerce Awards » visant à récompenser les meilleures innovations dans sept catégories (logistique, expérience client, CRM, expérience de marque, technologie, digitalisation du point de vente et social commerce).

Nous avons souhaité nous rendre sur l’événement cross-canal afin d’assister à certaines conférences et vous donner l’opportunité de suivre et participer à ces échanges par le biais du live tweet exceptionnel mis en place pour l’occasion (à retrouver @activisSEO).

Au programme :

  • Le cross canal abordé au travers du web-to-store
  • Les nouveaux enjeux induits par les médias sociaux et le mobile
  • Facebook comme 1ère plateforme de marketing personnalisé à grande échelle
  • Les premières prédictions pour votre SEO en 2016

 

Comment proposer une expérience web-to-store performante ?

La journée s’est ouverte avec une conférence sur la thématique du web-to-store : « Comment ne pas créer un silo supplémentaire entre les magasins et le digital ?» animée par Christophe Kuhner qui définit quatre formes engageantes de web-to-store génératrices de cross-sell et d’upsell :

  • Le click & collect
  • Le drive to store
  • Les réservations
  • La prise de rendez-vous

A noter, pour construire une approche web-to-store réussie, Christophe Kuhner recommande au commerçant de travailler en amont sur la compréhension des attentes du consommateur afin d’y répondre au mieux :

Enfin, le web-to-store doit être développé en pensant avant tout aux magasins et donc comme une expérience client au sein d’un parcours global cohérent.

 

Médias sociaux et mobile : les nouvelles règles du jeu

Deuxième temps fort de la journée qui s’est tenu en salle plénière : « Réseaux sociaux et mobile : les nouvelles règles du jeu » proposé par le Syndicat National de la Communication Directe (SNCD) qui est vite devenu un focus sur Facebook compte-tenu du poids réseau qui, rappelons-le, compte :

  • 30 millions d’utilisateurs
  • 20 millions actifs quotidiennement
  • 24 millions d’utilisateurs mensuels actifs sur mobile

Hervé Pépin insiste aussi sur le fait que Facebook est une réelle plateforme d’engagement en France avec :

  • 1.8 millions de likes distribués chaque minute
  • 6h45 passées par mois en moyenne
  • 89 fan pages likées par utilisateur en moyenne

Compte-tenu de sa fréquentation Facebook représente désormais 7% des investissements publicitaires mondiaux. L’évolution des usages avec l’essor du smartphone nécessite donc de prendre en compte la dimension mobile en proposant à minima un site en responsive design, de socialiser son site avec les boutons de partage adéquats et si possible de proposer une expérience complémentaire par le biais d’une application mobile. 

Les réseaux sociaux représentent également une réelle opportunité de connaître vos clients, d’intégrer de nouvelles données à vos bases marketing et à la segmentation clients : qui sont vos fans clients ? followers ? Qui sont vos prospects fans ? Qui sont vos fans non clients ? Qui sont vos fans influents ?

Pour tirer profit du potentiel que représentent les réseaux sociaux, Hervé Pépin conseille de créer un parcours client générateur de performances en faisant converger les outils pour obtenir un parcours client data-centric.

Dernier point qu’il peut être intéressant de rappeler, à l’époque où Google définissait le ZMOT (Zero Moment of Truth), le SNCD positionne désormais le social media et le mobile en mettant en exergue leurs rôles-clés.

 

Facebook, 1ère plateforme de marketing personnalisé à grande échelle

Troisième temps fort de la journée avec une salle plénière plus que comble : la Facebook Marketing Academy illustrée par de nombreux business cases de campagnes publicitaires menées sur Facebook et Instagram.

Bien sûr, Facebook nous invite à mettre en place une stratégie publicitaire visant à développer les synergies entre les deux plateformes en proposant par exemple des vidéos sponsorisées sur Instagram et de retargeter les utilisateurs sur Facebook à l’aide du carrousel d’images pour mettre en avant les produits.

La place croissante de la vidéo a été largement soulignée du fait de son efficacité car elle répond notamment à un des enjeux du marketing mobile à savoir capter l’attention des utilisateurs et donc « arrêter le pouce » ; en ce sens, Facebook insiste sur le fait que les 3 premières secondes exposées à l’internaute sont stratégiques et doivent donc faire l’objet d’une attention particulière dans un projet de développement de vidéo. La vidéo sponsorisée se révèlerait être un excellent moyen aussi de dynamiser les téléchargements d’une application mobile.

Enfin Facebook se positionne, à l’heure actuelle, comme un des moyens (sinon l’unique) d’identifier un utilisateur multidevice et de le retargeter pour un meilleur ROI.

Pour plus d’informations sur la gestion des campagnes de publicité sur Facebook, vous pouvez consultez les modules e-learning ici et ici pour Instagram.

 

Les premières prédictions pour votre SEO en 2016

Pour finir, retour sur la conférence abordant les prédictions SEO pour l’année 2016. Philippe YONNET contextualise son propos par le biais d’un panorama des usages en France aujourd’hui : l’usage du multidevice, le découpage d’une journée type par device en France et achève son panorama en positionnant le search comme un élément central du multidevice :

Voici donc les points de vigilance pour votre SEO en 2016  selon Philippe Yonnet :

  • L’emploi des données structurées pourraient être le prochain mini-boost pour votre site. Si vous intégrez à bon escient le balisage de données de la base de données schema.org dont les moteurs de recherches sont friands, vous pourriez être favorisé par Google.
  • Les algorithmes antispam pourraient devenir encore plus puissants en 2016 et donc la duplication de contenu et le netlinking seront les sujets de toute l’attention de Google ; l’approche White Hat à savoir conforme aux guidelines de Google sera plus que jamais recommandée.
  • Le déploiement du knowledge Vault, extension du knowledge graph, pourrait enrichir encore davantage les résultats de recherche de nombreuses informations utiles et des services comme Google Now pourraient en tirer profit en puisant dans des bases de connaissances plus profondes et pourraient ainsi gagner en intelligence.
  • Le poids croissant de l’Author Rank : l’abandon de l’authorship ne signifie pas que Google a cessé d’exploiter des données liées aux auteurs et évaluer la pertinence d’une page par rapport à son auteur peut être une bonne alternative au page rank.
Barbara
3.5
Note moyenne : 3.5 (2 votes)

Ajouter un commentaire